LES FEMMES S’EN MÊLENT : EMILY JANE WHITE + FORÊT

EMILY JANE WHITE

États-Unis – Papillon de nuit folk

Que de métamorphoses en quatre ans pour Emily Jane White. Quatre ans depuis sa première visite, un dimanche d’hiver, au 6par4. On l’avait laissé, déjà, en état de grâce, avec sa guitare et sa voix d’ange americana. Aussi belle que fut alors sa musique, la voilà qui prend aujourd’hui une nouvelle dimension, sort de sa chrysalide folk aux accents country, et dévoile, sous ces atours originels, une autre forme d’épure. Son dernier album, Blood lines, lance une expédition hardie vers des terres sacrées, où des myriades d’harmonies vocales affleurent dans la pénombre, où des guitares spectrales soufflent des intuitions magiques à l’orgue et au piano. De ces élans de romantisme gothique, Emily Jane White s’élève comme une nouvelle fée du dark folk.

FORÊT

Canada – Douceurs sylvestres

Après nous avoir offert une flopée de groupes essentiels ces dernières années (Malajube, Karkwa ou Monogrenade, pour ne citer qu’eux) le Québec se révèle à nouveau comme berceau d’une pop francophone qui enchante, rêveuse et labyrinthique. Composée par le duo Emilie Laforest (chant) et Joseph Marchand (guitare), cette musique collectionne quelques jolis paradoxes, qui ne sont pas sans rappeler certains efforts de Stereolab. Complexe mais accessible, expérimentale avec une sensibilité pop, elle superpose les fines strates de claviers et de chœurs sur le timbre éthéré d’une ancienne soprano lyrique. Malgré ses airs de mille-feuille touffu, cette Forêt magique a la légèreté d’une clairière ouverte sur le ciel.

Vendredi 28 Mars

20h30 / 6PAR4


Tarifs

Abonnés : 6€

En location : 8€

Sur place : 10€

Achetez votre billet

Partagez