DISAPPEARS + JC SATÀN + PUZZLE

Disappears

États-Unis - Rock en équilibre sur fil barbelé

 

Est-ce la récente arrivée derrière les futs de Steve Shelley, mythique batteur de Sonic Youth, qui procure cette sensation ? Toujours est-il que Disappears semble partager plus d’un gène commun avec ses glorieux ainés new-yorkais. Sans doute une même manière de dompter l’électricité au sein de motifs de guitare qui serpentent, se frottent et s’entrecroisent pour faire jaillir les étincelles d’amplis en surchauffe. Quelques éclats de lumière furtive dans la chambre noire d’un rock qui n’est pas là pour cueillir les pâquerettes. C’est sombre, hypnotique, compact, diablement entêtant. Un peu comme si Iggy et les Stooges jouaient statiques en serrant les dents, avec une rage aussi contenue que prête à s’embraser. En tête de peloton des meilleurs groupes de rock actuels, Disappears n’est pas prêt de disparaitre de nos écrans radars.

J.C. SATÀN

France - Garage rock jouissif et diabolique

Parrains survoltés de la grande famille du rock bordelais, J.C. Satàn a depuis peu sorti la tête des caves girondines tapissées de sueur et de houblon. Le quintet infernal a même carrément pris les rênes de la scène garage hexago- nale pour une virée sauvage derrière laquelle l’herbe ne repousse pas. Et ce grâce à un dernier album, Faraway Land, qui en matière de grattes saturées et de folie tapageuse, renvoie la concurrence vaquer au Purgatoire. Car pendant ce temps-là, les J.C. Satàn lancent un pogo géant au cœur d’un volcan et branchent leurs amplis sur du magma en fusion. On ne pouvait rêver plus beau pacte du rock avec le Diable.

PUZZLE

France - Post-rockin’ Laval

Montagnes russes d’émotions, mer calme à très agitée, bande-son de nos vies en mouvement… Les métaphores usuelles du post-rock ne pourront traduire avec assez de poids la grosse mandale reçue en live lorsqu’il est joué avec l’instinct d’un Puzzle au combat. Car le post-rock est aussi affaire de feeling entre musiciens, d’infimes détails pour ajuster les curseurs des courbes d’amplitude, de grains de poussière à saisir dans l’œil du cyclone. Et à ce petit jeu-là, les lavallois affichent une maîtrise, qui une fois les yeux fermés, nous fait décoller très haut.

Vendredi 22 Novembre

20h30 / 6PAR4


Tarifs

Abonné : 9€

En location : 11€

Sur place : 13€

Achetez votre billet

Partagez